Émotions & Sentiments Poésie

Sans titre

Du noir, du blanc, du vide, du rien,

Papier couché, endormi et innocent.

Mais quelle étrange créature cette encre,

Si sombre et qui pourtant révèle,

Dans l’ombre de ses volutes brillantes,

Dans l’obscurité de son murmure,

Le secret enfoui de nos luttes intérieures.

Respirant un long instant,

Comme pour plonger pleinement devant,

La plume brise la surface vitreuse

De l’épais liquide couleur mamba.

Se délasse et se déplace sinueusement

La trame d’une pensée éclairée.

Le long serpent se déroule sur le carnet,

Et, inlassable, la plume vient s’imprégner

De ce charbon noir où s’éveillent les mots

Qui soudain s’envolent et frappent.

La prose cendrée déploie ses ailes,

Réveillant les esprits aux paupières closes.

Chaque ligne noire glisse sur la feuille

Tels les branchages qui doucement conversent

Avec l’astre solaire chantant le jour.

La main danse de sa prose virevoltante,

Passionnée et folle comme un jeune couple,

Ou lourde et givrée de tourments,

Froide comme une larme sur la joue.

Mais malgré tout mouvement de l’âme,

Le verbe est bien là qui s’agite,

Pour remuer le fond des êtres,

Leurs creux et recoins et plaies,

Et toutes ces reviviscences cachées.

Du noir, du blanc, du vide, du rien,

Sont nés ces mots qui à présent

Luisent puis se diluent dans les pupilles

D’un lecteur vivant et vibrant à son tour,

S’abreuvant à la source des pages,

Feuilletant les bribes ou simplement

Les caressant de son regard.

Après avoir fait danser ses cils

De sa lecture crépusculaire,

La nuit a finalement envahi les lieux.

Le livre est posé et le ciel est d’encre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *